Fioretti de la presse estivale : relations hommes-femmes et conciliation famille-travail

Fioretti de la presse estivale : relations hommes-femmes et conciliation famille-travail

Le Figaro-  Quand les entreprises draguent les femmes…

L’article du 19 août 2013 commente la politique allemande de séduction des femmes , appelées à la rescousse des secteurs traditionnellement masculins. La technique rend les métiers à processus de fabrication lourd, telle la sidérurgie devenue plus accessible aux femmes car on y a maintenant plus besoin d’intelligence que de muscle. Cependant, les besoins de l’économie allemande sont grands car il manque 123 000 techniciens selon l’Institut de l’économie allemande de Cologne (IW).

Deux problèmes majeurs:

  1. Les femmes se plaignent toujours de la difficulté à concilier vie famille et travail pour les deux tiers d’entre elles
  2. Les discriminations salariales restent réelles: 10% de moins à l’embauche et 20% de moins en fin de carrière.

La Jaune et la Rouge – Etre mère et travailler : c’est tout à fait compatible

Dans la revue des Anciens Elèves de l’Ecole Polytechnique de Juillet 2013, Diane Dessalles-Martin de la promotion 76 nous livre son expérience: « Il est vraiment possible de concilier vie professionnelle et maternité:  élever ses enfants, accompagner leur développement, les voir s’épanouir. Il faut le dire. Le pire serait de baisser les bras. Laisser croire à cette impossibilité, c’est demander aux femmes de faire un choix exclusif entre carrière professionnelle et « carrière » familiale. Devant ce choix cornélien, les femmes modernes réclamant leur participation à la vie active penchent vers la solution de la « non-maternité ». […] A ce titre, l’organisation de la société française a porté ses fruits: ne pas culpabiliser les mères qui travaillent, bénéficier des écoles maternelles de qualité le plus tôt possible, valoriser le métier d’assistante maternelle, proposer des centres aérés en dehors des horaires scolaires. »

Figaro Magazine – Où sont passés les hommes?

Grand dossier paru le 19 juillet 2013 sur la « fin du patriarcat » et l’identité masculine chamboulée. Les sujets couverts vont

  • de la peur des jeunes hommes de passer pour des machos qui obligent ceux-ci à se féminiser dan sla crainte que la fille leur disent finalement « J’ai besoin d’un homme ».
  • à la récupération d’activités typiquement féminines par les hommes: épilation, congé parental, partager l’addition au resto, faire la cuisine…
  • en passant par la perte de valeur de l’homme au travail. Exemple: 100% de femmes viennent de rejoindre le Conseil d’Etat en sortant de l’ENA. « La crise a créé des tensions et l’entreprise ne joue plus ce rôle d’assurance tous risques qu’elles avaient autrefois pour les hommes. Et le refuge de la sphère privée étant squattée par la femme, les hommes se sentent doublement dépossédés. »

Finalement, le témoignage d’Alain Delon est rafraichissant. Lui qui incarne le mythe de l’homme éternel nous parle de l’importance de l’armée dans son éducation de jeune homme: il y a appris le respect , la discipline et le courage. Selon lui, les gouvernements ont fait deux bêtises: abaisser l’âge de la majorité de 21 à 18 ans et supprimer le service militaire. De plus, il aime la femme-femme et regrette qu’on ne distingue plus dans la rue une homme d’une femme par sa seule silhouette et par les rôles qui se sont inversés par le congé paternité, par exemple. Enfin, il déplore l’absence de héros au cinéma aujourd’hui.

« On est passé des héros auxquels on voulait ressembler aux héros auxquels on peut s’identifier… Il n’y a plus de modèles. « 

Elle Belgique – La mixité au pouvoir

L’article paru en Avril 2013 évoque le « coup de gueule » de Viviane Redding, Commissaire Européenne en charge de la Justice, des droits fondamentaux et de la citoyenneté : « Les femmes prennent les affaires très au sérieux. » D’ici 2020, il devra donc y avoir 40% de femmes dans tous les Conseils d’Administration des entreprises cotées et publiques en Europe.

Témoignage de Christiane Franck, DG de Vivaqua, société de production et de distribution d’eau potable en Belgique et  membre du Conseil d’Administration de Max Havelaar: « On fait d’abord convaincre les hommes d’accepter des femmes dans les CA. Trop souvent, on sent encore une forme de rejet. Ou bien, on prend une femme de la famille qui ne va pas s’impliquer ou vous enquiquiner, juste pour pouvoir dire ‘regardez, j’ai pris une femme’.

« Mais je suis contre les quotas: il faut prendre le meilleur candidat. »

Femmes d’Aujourd’hui – Top Manager au féminin – Pourquoi pas vous?

« Lancez-vous si vous avez le profil pour siéger dans un CA: on cherche des femmes de tout urgence !« , nous incite la revue Femmes d’Aujourd’hui dans le numéro 35 de 2012.

Témoignage de Armelle Loghmanian, 54, mariée, 4 enfants, Manager de Diphonet, cabinet de conseil, et membre de plusieurs CA depuis 15 ans. « J’ai gravi les échelons d’une grosse société pendant 25 ans, puis je me suis clairement heurtée au fameux ‘plafond de verre’ . On m’a dit : ‘à ton niveau, il faut te faire connaître, être présentée par quelqu’un, sinon on ne peut rien pour toi.’ Jusque là, je m’étais concentrée sur mon travail. J’étais aimable avec mes collègues mais pas du genre à aller boire des verres après le boulot.  […] Tout va bien au début d’une carrière puis les choses se corsent. Pour espérer percer, il faut bâtir des réseaux, être reconnue, avoir des mentors dans et en dehors de l’entreprise.

« Et également avoir à ses côtés , comme c’était mon cas, un conjoint qui prend le relais avec les enfants. Mieux vaut s’arranger pour que les carrières respectives n’évoluent pas en même temps! ».

Réagir à cet article