La femme vue par Edith Stein

La femme vue par Edith Stein

Chers lecteurs,

je ne résiste pas à la tentation de vous reproduire ce texte d’Edith Stein, présenté dans ma rubrique Femmes « bien dans leur peau ».

Edith Stein, philosophe allemande, est  disciple du fondateur de la Phénoménologie, Edmond Husserl. Elle développe une Théologie de la Femme tout à fait moderne et surprenante pour une jeune femme célibataire qui mourra à Auschwitz en août 1942.

Ce texte donne des ailes car il appelle les femmes à se donner, à répandre chaleur et confiance autour d’elle, en un mot – si mal formulé au regard de la profondeur du texte…-  à aimer!


L’âme de la femme doit être spacieuse et ouverte à tout ce qui est humain.

L’âme de la femme doit être calme, afin qu’aucune petite flamme ne puisse s’éteindre à cause de tempêtes violents.

L’âme de la femme doit être chaleureuse, pour que des germes délicats n’y meurent pas.

L’âme de la femme doit être claire, pour qu’aucun parasite ne s’y incruste dans des coins ou des plis sombres.

L’âme de la femme doit être en accord avec elle-même afin que des irruptions venant de l’extérieur ne menacent pas sa vie intérieure.

Et l’âme de la femme doit être maître d’elle-même et aussi de son corps pour que toute sa personnalité, avec zèle, à la disposition de tout appel.


Publié dans l’ouvrage collectif Femmes dans le Christ, Edition du Carmel

Réagir à cet article